• img-book
    Dos Roman Fendus jusqu'à l'âme

    Meryl Mille

ISBN :978-2-9561366-0-6
Catégorie :

Fendus jusqu’à l’âme

Par : Meryl Mille
Noté 5.00 sur 5 basé sur 11 notations client
(11 avis client)
Roman illustré
Deux pays se livrent une guerre silencieuse dont les civils sont les premières victimes. Malgré les combats qui font rage, les véritables raisons du conflit échappent au reste du monde et rien ne semble présager une amélioration de la situation. De son côté, Sybille est persuadée de n’avoir plus rien à perdre suite à une douloureuse épreuve. Elle franchit un point de non-retour qui lui permet de s’affranchir de la principale contrainte de tout être vivant : la peur. Ainsi libérée, elle décide de mettre en œuvre son "suicide utile" et part au cœur du conflit, espérant trouver une utilité à la vie dont elle ne veut plus. Pourtant, ce qu'elle va découvrir sur place et sur elle-même la conduira bien plus loin que ce qu'elle aurait pu imaginer...

16,99

En stock (peut être commandé)

Quantité :
Caché
En savoir plus sur l'auteur
avatar-author
1985

Née en 1985 en région parisienne, Meryl Mille est confrontée au monde de la littérature que très tardivement. A la suite d'un drame personnel, sa sensibilité lui permet de transformer cette douloureuse épreuve en source de créativité.

A l'image de Sybille, l'héroïne du roman Fendus jusqu'à l'âme, elle puise dans sa propre détresse pour la transformer en quelque chose de constructif. Le suicide utile décrit par Sybille a néanmoins réellement été imaginé par l'auteur, pour elle-même. Mais au lieu d'aller jusqu'au bout de ce projet, Meryl se tourne vers l'écriture pour le faire vivre à travers les mots. C'est pourquoi elle qualifie aujourd'hui son premier roman « d'autobiographie imaginée ».

Et pour lui donner encore plus de réalisme, Meryl s'inspire de ses nombreux voyages, notamment en Orient. Elle a ainsi traversé le désert de Wadi Rum à cheval, afin de ressentir un peu de ce que l'officier britannique Lawrence d'Arabie avait éprouvé lors de la grande révolte arabe.

Mais son voyage ne s'arrête pas là. Meryl continue de parcourir le monde à la recherche de ce qu'il y a de plus exceptionnel à découvrir, afin d'avoir les histoires les plus fantastiques à raconter...

Crédits photo : Autoportrait, Meryl Mille, 2017.

Des livres deMeryl Mille
A propos de ce livre
Aperçu
Détails

ISBN: 978-2-9561366-0-6
Éditeur : Editions 66
Date de publication : 2017
Nombre de pages : 212

  1. Mirabelle – Achat vérifié

    Note 5 sur 5

    A lire absolument
    Un livre bien écrit qui vous immerge dans la peau de Sybille, une jeune femme qui cherche une raison à sa vie après avoir été durement éprouvée. Une aventure qui vous tient en haleine tant par les péripéties et les rebondissements que par le voyage qu’il inspire.
    Les personnages sont attachants et nous font vivre pleins d’émotions.
    L’auteure a su me tenir captivée du début à la fin. Une fin très intéressante, qui peut présager une prochaine aventure.

  2. Eh Lulu – Achat vérifié

    Note 5 sur 5

    Ce livre est une surprise. J’ai d’abord été étonnée par la maturité du style d’écriture et de l’intrigue car il s’agit tout de même d’un premier roman. L’aventure que va vivre l’héroïne est totalement inattendue car nous sommes peu habitués à se voir conter l’histoire d’une femme forte qui prend son destin en main au péril de sa vie. Les personnages qu’elle va rencontrer sont aussi touchants que variés, allant d’un simple professeur à une petite fille étonnement mûre. La fin nous perd complètement, jusqu’à ce que toutes les explications nous soient données. Bravo !

  3. i.clectik – Commentaire Amazon

    Note 5 sur 5

    Un premier roman efficace et intense
    Et voilà une auteure qui nous emporte dans un premier roman qui se laisse aisément lire en deux heures et demie. Petit, incroyablement dramatique et, à la fois vivant et vivifiant. D’ailleurs, on se demande comment elle a pu introduire autant de détails narratifs qui justifient les lieux exceptionnels où nous voyageons avec le personnage principal, tout en nous projetant continuellement dans l’action et le suspense. Sybille, l’héroïne, nous embarque directement dans ce qu’elle nomme son “suicide utile”. Au fil de la lecture, bon gré, mal gré, elle nous projette dans ses souvenirs. L’auteure tourne habilement ses flash-back où nous nous immisçons un peu plus, intimement, dans l’esprit de Sybille. Aussi, aventurons-nous au sein d’un pays en guerre où il faudra démêler le vrai du faux. Ce roman interpelle, par de véritables questions de fond que nous nous posons, ou plutôt que nous ne nous posons plus, dès lors qu’il s’agit d’informations véhiculées par les médias. Info ou intox ? Qui écouter ? Que croire ? Où chercher ? Les journalistes d’aujourd’hui sont-ils de réels investigateurs ? Avec cette consommation de masse de l’information, ont-ils le temps d’effectuer un travail de vérification ? Les médias se jouent-ils de nous ? Et que dire de nos aïeuls ? De la guerre ? Des civils ? Des organisations mondiales ? Et j’en passe … Sybille choisit d’en faire son point d’ancrage. Ne vous inquiétez pas, je n’en dévoilerais guère davantage.
    En bref, c’est un roman hors-norme où intensité et émotions fusionnent grâce à un style littéraire qui sort des sentiers battus. Un récit animé par des personnages et des paysages s’inscrivant entre réalité et fiction, où les péripéties sont nombreuses, surprenantes et bien ficelées, avec, à la clé, un aboutissement extraordinairement déroutant.

  4. Amiralecteur – Blog littéraire

    Note 5 sur 5

    « Un roman qui se veut presque investigateur et surtout qui nous oblige à nous servir de notre sens critique : ne croyons pas toujours ce que les médias veulent nous faire croire ! Un beau moment de lecture que j’ai eu la chance de passer ! Une très jolie découverte ! » – Lire la critique dans son intégralité sur le site de son auteur

  5. Le Parfum des Mots – Blog Littéraire

    Note 5 sur 5

    « Ce que j’aime dans un roman, c’est l’imprévisibilité… Ce roman en est le parfait exemple. Malgré une grande complicité entre le lecteur et les personnages de ce roman, les informations distillées en cours de lecture ne permettent pas de prédire ce qu’il se passera. A la limite, le lecture pourrait présumer certains événements, mais la fin proposée est magique, unique, exceptionnelle, … en un mot… inoubliable. Ce roman est un gros coup de cœur, le plus merveilleux de cette année 2017. Il m’a permis de voyager tant dans des contrées lointaines, tant dans mes émotions. » – Voir la critique dans son intégralité sur le site de son auteur

  6. Herve95 – Commentaire Amazon

    Note 5 sur 5

    Sybille est violoniste, suite à une épreuve douloureuse, sa vie a basculé. Elle part à la frontière entre l’Ashirya et le Tourbistan pour témoigner de ce qu’il s’y passe. La guerre fait rage. Sur sa route, elle croise Rafik et sa sœur Nalya, Sahir et Amia la petite fille. Elle traverse le désert et se retrouve dans des endroits magnifiques parfaitement décrits par l’auteure. Les choses tournent mal notamment dans la Cité. On lui offre un violon « fendu jusqu’à l’âme »… Ce violon aura une importance considérable jusqu’à l’épilogue complètement inattendu.
    
Aventure humaine excitante, des rebondissements, des rencontres, un parcours passionnant qu’il nous tarde d’atteindre la destination finale. J’ai apprécié la lecture de ce premier roman de Meryl Mille, coup d’essai coup de maître, parfaitement écrit. Chapeau bas ! Je recommande vivement cette parenthèse enchantée.

  7. Cocounette Croque Les Livres – Blog littéraire

    Note 5 sur 5

    Une belle surprise
    « La plume est fluide et on s’immerge assez vite dans l’univers de l’auteure. J’ai aimé le sentiment de découverte perpétuelle que j’ai ressenti et j’ai aimé les différents personnages que j’y ai rencontré. C’était vraiment intéressant de découvrir leurs motivations et surtout d’essayer de comprendre qui est la victime et qui est le bourreau. J’ai tellement adoré ces personnages et ces contrées que j’aurais vraiment adoré y rester plus longtemps, apprendre à connaitre ces peuples au jour le jour et y découvrir leurs coutumes. Tout simplement prendre le temps. » – Voir la critique dans son intégralité sur le site de son auteur

  8. Les Chroniques Bloggulaires d’Ellsy Lou – Blog littéraire

    Note 5 sur 5

    « Ce fût une profonde découverte que représente « Fendus dans l’âme » et Meryl Mille. Ce roman nous ramène à des valeurs auxquelles je crois et il m’a vraiment apporté beaucoup d’émotions. Une fois commencé, ce roman est dur à refermer. » – Voir la critique dans son intégralité sur le site de son auteur

  9. Alyttérature

    Note 5 sur 5

    Je tiens à remercier Meryl Mille de m’avoir envoyé un exemplaire ebook de son roman dans le but de préparer son interview. C’était un plaisir de découvrir cette histoire poignante et addictive !

    Dès les premières pages, on est plongés dans l’aventure inédite et singulière de Sybille. Pas de doute possible, on sait déjà que ce sera un combat sans relâche et au péril de sa vie. Le ton est tout de suite donné. C’est justement cela qui m’a convaincue dès le départ. En effet, dès le prologue, le rythme est annoncé et il ne sera pas modifié jusqu’à la toute dernière phrase, ce qui permet de garder l’attention du lecteur tout le long du roman. De plus, chaque chapitre apporte une nouvelle action ou un élément important pour la suite de l’histoire, ce qui est également, à mes yeux, un très bon point puisqu’on ressent toujours l’envie de poursuivre notre lecture. C’est ainsi que je me suis retrouvée à le dévorer en seulement quelques heures… Il faut dire aussi que le thème abordé est très intéressant et change de ceux que j’ai l’habitude de lire. Le roman a parfois des airs de témoignage et de reportage, ce qui donne une véritable crédibilité à l’intrigue. C’est vraiment captivant et poignant, comme je le disais, de s’immerger dans cet univers.

    Les protagonistes, quant à eux, sont attachants et on espère qu’ils arriveront à atteindre leurs objectifs sans trop rencontrer d’embûches sur leur chemin. Bien sûr, on se doute qu’avec le thème de la guerre, cela risque d’être compromis, mais on garde tout de même espoir pour eux. D’ailleurs, j’ai été plusieurs fois surprises par la tournure des événements et le destin qui était réservé à ces personnages. Je dois dire qu’au fil des pages, j’avais imaginé des choses et finalement, l’auteure a su proposer des scenarii complètement différents de ceux auxquels on s’attend. C’est un très bon point, d’autant plus que ces changements de dernière minute nous mènent à un twist final des plus inattendus. Je ne vais pas vous en dire plus pour vous laisser le plaisir de découvrir tout cela par vous-mêmes. De mon côté, j’espère sincèrement qu’il y aura une suite parce que je ne peux tout simplement pas rester sur cette fin ! J’ai besoin de plus de détails, de nouvelles des personnages et surtout de savoir comment tout cela va véritablement se terminer…

  10. Diane Bolduc

    Note 5 sur 5

    C’est tout d’abord charmée par la rencontre de l’auteur que l’intérêt de lire son manuscrit s’est manifesté. L’idée du ‘suicide utile’ était tellement originale que le tout a piqué ma curiosité, j’avais bien hâte d’en découvrir le développement. J’ai été ravie de voyager avec les personnages et touchée par leur vécu et sensibilité. La lecture s’est fait tout au long de la journée, pas question de remettre la fin , fort surprenante, pour le demain.

  11. Cyrille (client confirmé)

    Note 5 sur 5

    Elliot Carver (Jonathan Pryce), magna de la presse dans ‘Tomorrow never dies’, y dit une chose très juste : « l’important dans le journalisme, ce n’est pas de savoir ‘qui’, ni ‘quand’, ni ‘comment’, mais ‘pourquoi’ ». Qu’il soit précisé qu’il s’agit de sa ligne éditoriale avant qu’il ne devienne le méchant du James Bond (l’histoire avant l’histoire, en somme) L’on pourrait aussi citer une star du journalisme américain, Walter Cronkite, qui exhortait à se tenir aux faits, avérés, vérifiés, indéniables. Sybille, l’héroïne du roman, sensible et déterminée, s’engage dans la quête de vérité d’un journalisme authentique. Elle ne veut pas faire de sensationalisme : elle veut informer (retenez bien ce dernier terme !). Elle veut être professionnelle, mue par une déontologie sans faille et une probité absolue. Son sujet, c’est un conflit armé entre deux nations imaginaires (qui pourraient exister dans la vraie vie), avec la cohorte de catastrophes humanitaires propres à ce type d’événement et Sybille a bien de la peine à le couvrir et pour cause : les journalistes n’y sont pas acceptés… Pas acceptés, mais j’ai dit qu’elle était déterminée, donc…
    Sybille, c’est aussi une femme, avec ses bleus à l’âme, ses traumatismes, qui l’ont rendue forte -et parfois téméraire, en tout cas audacieuse, à tel point que parfois on a peur pour elle. On s’attache à cette héroïne digne, humaine et intègre.

    Une des caractéristiques de la marque de fabrique de Meryl Mille, ce sont ces détails importants sans être ni chargés, ni pléthoriques (la juste dose) servis d’une sémantique soutenue sans être élitiste (là encore, la juste dose). Hergé utilisait beaucoup de photographies pour restituer fidèlement des objets, des lieux, des véhicules. A sa manière, Meryl Mille nous fait profiter de ses voyages dans des contrées à la culture orientale pour nous décrire décors, costumes et personnages issus de son imaginaire, mais emprunts de ces cultures qui rend l’univers du livre plausible (et accessoirement plaisant ). En lisant, on voit les scènes qui nous sont dépeintes, en entend les personnages, on boit le thé, on vit l’histoire. L’auteure agrémente l’ouvrage de belles photographies afin que le lecteur se représente ce qui décrit, mais il faut reconnaître qu’elles sont superflues tant l’écrit suffit. Reste donc le plaisir des images

    L’aventure nous happe, parce qu’on se doute bien qu’une journaliste déterminée qui arrive dans un pays où on ne veut pas de caméras, il va se passer des trucs ; je ne vais pas spoiler le(a) futur(e) lecteur(trice) que vous êtes, donc vous en saurez plus en lisant ce livre que personnellement j’ai lu –quasiment– d’une traite.